Conservation de la tortue sillonnée au Sénégal
OBJECTIFS
- Préservation de la tortue sillonnée grâce à la réintroduction d’une population dans la réserve de
biosphère du Ferlo,
- Suivi de la population grâce aux émetteurs placés sur les populations réintroduites,
- Préservation de son habitat grâce à la gestion optimisée des pâturages dans la réserve,
- Sensibilisation de la population à la protection de l’espèce et plus largement à la protection de l’environnement.

CONTEXTE ET ENJEUX
La situation des tortues au Sénégal est dramatique.
Chassées, souffrant de la déforestation et de la dégradation du couvert végétal, la tortue sillonnée Sulcata est menacée de disparition.

Afin de lutter contre ce phénomène, la SOPTOM a lancé dans le Nord-Est du pays (Ferlo, Ranérou), il y a 8 ans, un programme de conservation de Centrochelys sulcata, et relâché plusieurs dizaines de tortues équipées d’émetteurs.
Le suivi de ces tortues permet de veiller à leur bonne réadaptation en milieu naturel.
Le programme comprend également des activités de sensibilisation de la population sur la protection de C.sulcata et de son environnement.
Il s’agit d’activités indispensables à la consolidation du travail engagé. A travers elles, nous tentons de vulgariser nos connaissances sur cet animal mythique afin de permettre à l’ensemble de la population de la réserve de Biosphère du Ferlo de mieux comprendre notre travail.

La population, par son implication, n’a eu de cesse de nous prouver son soutien et son intérêt pour notre programme et la protection du milieu. Le but de nos activités est de rendre la protection de l’environnement compréhensible et accessible car nous avons tous un rôle à jouer dans la conservation de notre milieu de vie.

Ce programme se déroule dans la réserve nationale de biosphère du Ferlo afin de préserver cette population nouvellement réintroduite dans l’objectif qu’elle puisse, à terme, recoloniser des zones plus sauvages.
En dehors de l’enclos de Katané, la pression exercée sur le milieu par la présence de gros troupeaux de bétail ne permet pas pour le moment à la strate herbacée de pousser suffisamment.
La plupart des bergers se retrouve contraint en fin d’hivernage de transhumer en masse vers le sud de la
réserve.
La compétition entre les animaux domestiques et sauvages vient accentuer la fragilité du milieu et compromet la conservation de la faune sauvage dans cette partie du Sénégal.
La création de zone de conservation intégrale permet à la fois à la faune locale et en particulier aux tortues réintroduites et sauvages, de trouver des « poches » de réserve alimentaire, des lieux de rencontre, de reproduction et de ponte.
Télécharger Flash player pour voir ce diaporama.