Protection des zones humides, aides aux actions juridiques de la FNE Paca
Qu’est ce qu’une zone humide
Les zones humides sont des espaces de transition entre la terre et l’eau. Ces espaces revêtent des réalités écologiques et économiques très différentes.
La loi sur l’eau du 3 janvier 1992, qui vise à assurer leur préservation, en a toutefois donné une définition dans son article 2 : « On entend par zone humide les terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre, de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».

Rôles des zones humides et importance de leur reconnaissance
Lacs, étangs, lagunes, estuaires, marais, mangroves, prairies inondables, forêts… les zones humides sont des réservoirs de vie et des lieux où la production de matières vivantes est l’une des plus fortes. Elles assurent 25% de l’alimentation mondiale à travers l’activité de la pêche, de l’agriculture et de la chasse. Elles ont un pouvoir d’épuration important, filtrant les pollutions, réduisant l’érosion, contribuant au renouvellement des nappes phréatiques, stockant naturellement le carbone, protégeant des crues (risques inondations) et des sécheresses.
Pour autant, ces espaces sont souvent considérés comme des terrains improductifs et sans intérêt car les services qu’ils rendent sont souvent méconnus et ne sont pas directement identifiés.
Depuis le début du XXe siècle, on a assisté à la disparition de 67% de leur surface sous la conjonction de trois facteurs : l’intensification des pratiques agricoles, des aménagements hydrauliques inadaptés et la pression de l’urbanisation et des infrastructures de transport.
Ainsi, malgré un ralentissement de leur régression depuis le début des années 1990, lié à une prise de conscience collective de leur intérêt socio-économique, les zones humides restent un des milieux les plus dégradés et les plus menacés (en surface et en état de conservation). Selon l’observatoire national des zones humides, créée en 1995 dans le cadre du plan national d’actions pour les zones humides et géré par le Service de l’observation et des statistiques (SoeS, ex-Ifen) du ministère en charge de l’Ecologie (MEEDDM). La situation est particulièrement préoccupante pour les prairies humides, les landes humides et les annexes alluviales

Les zones humides françaises en chiffres (données de 2012)
Quelques chiffres permettent de mieux comprendre la situation des zones humides.
- Superficie estimée de zones humides en France : 3 millions d’ha (chiffre en cours d’actualisation),
- 50% des oiseaux dépendent des zones humides et 30 % des espèces végétales remarquables et menacées,
- 60% de la superficie des zones humides les plus connues sont couvertes par le réseau Natura 2000 et 4% par des protections nationales,
- 42 zones humides sont inscrites sur la liste des zones humides d’importance internationales Ramsar, soit plus de 3 millions d’hectares (métropole et outre mer),
- Les zones humides : un pouvoir d’épuration qui permet une économie de traitement en eau potable estimée à 2000 €/ha/an,
- 20 000 ha d’acquisition de ZH prévue par le Grenelle en plus des zones déjà acquises régulièrement par le conservatoire des espaces littoraux et des rivages lacustres ou d’autres organismes.
Télécharger Flash player pour voir ce diaporama.