Elevage extensif ovin dans le marais breton
Projet porté par la LPO Pays de Loire

Contexte :

A partir des années 90, la LPO s'est engagée en Vendée dans l'achat de terres à vocation
"écologique".
L'association considère en effet que l'acquisition de terrains est l'un des outils les plus efficaces pour protéger les espèces et les milieux : pérenne et performant, il permet aussi d'aider au maintien ou à la création d'activités agricoles.

La gestion des propriétés passe :
par des travaux de restauration ou de gestion hydraulique : pose d'ouvrages, gestion de niveaux d'eau ;
par des contrats passés avec des agriculteurs locaux (baux à clauses environnementales), avec fermage réduit et possibilité de mise en œuvre de mesures agri-environnementales (natura 2000).


Objectifs du projet :

Aujourd'hui, la LPO souhaite poursuivre l'achat de terrains, en particulier dans le secteur de La Barre-de-Monts / Notre-Dame-de-Monts (Marais breton), où les surfaces en propriété sont trop morcelées pour assurer une gestion hydraulique et agricole cohérente.
Une surface conséquente de terres (environ 60 hectares) se vendra en 2013, à proximité de terrains dont la LPO est déjà propriétaire mais également à proximité d'un Espace Naturel Sensible, propriété du Conseil Général de la Vendée, qui fait l'objet du même type de gestion.

L'objectif est ainsi de constituer une surface importante et cohérente de terrains dévolus à l'amélioration de la biodiversité, à la pérennisation d'une activité agricole extensive et à la valorisation de ce patrimoine.

Les terrains concernés par l'achat sont situés dans un secteur de prairies de marais partiellement inondables, qui sont un réservoir de biodiversité. La végétation, témoin du passé salé du marais, est emblématique des grands marais littoraux atlantiques. Les parcelles se trouvent au cœur de la zone de reproduction de la Barge à queue noire (oiseau dont 70% des effectifs français nichent en Marais breton), dans un secteur également très riche en vanneaux huppés, chevaliers ambettes, échasses blanches, avocettes élégantes, canards souchets, sarcelles d'été, hiboux des marais, autant d'espèces qui occupent ici leur bastion français.

L'achat de ces parcelles permet non seulement de maintenir ce patrimoine biologique, mais également de l'améliorer (par la gestion optimisée du pâturage et des niveaux d'eau).
Notons que 50% de la surface prévue pour l'achat est destinée à l'installation d'un jeune agriculteur, dont le projet est de produire, entre autres, de la viande de mouton, selon les principes de l'agriculture biologique et en vue d'alimenter les circuits de distribution locale (vente directe à la ferme).

Ainsi, cette démarche se veut aussi une expérimentation sur les pratiques agro-écologiques, exportables vers d'autres territoires. Elle permettra aussi de poursuivre une démarche engagée sur les liens nécessaires entre naturalistes et agriculteurs.

Voici quelques nouvelles de Corentin et de sa famille, éleveur à La Corbe en Marais Breton
« Les premiers agneaux sont arrivés ce lundi. Et pour l’instant, tout se passe très bien ! Espérons que ça continue comme ça.
Les agnelages ont lieu en intérieur. Face à la météo de cet hiver particulièrement exécrable, j’ai décidé de rentrer mes animaux pour l’hiver.
J’ai donc aménagé le hangar en bergerie. Et ce sera désormais sa vocation ! J’envisage d’y réaliser un agrandissement pour loger un peu + d’animaux l’année prochaine. Et pour que les bêtes aient un peu plus de place.
Sinon, arrivée de Iota à la ferme. C’est mon chien ! Un joli border collie qui m’aidera à déplacer mes animaux. Pour l’instant, on en est à l’éducation de base. On testera sur les animaux à partir du printemps.
Encore un grand merci au Fonds de dotation ITANCIA pour ce soutien, ayant permis la réalisation d’une action exemplaire, celle d’une installation agricole vertueuse, préservant par là même des espaces naturels remarquable.
A bientôt, Corentin. »
Télécharger Flash player pour voir ce diaporama.